Pierre Cuq – Compagnie Les Grandes Marées

Théâtre – création 2022

Une co-production du Quai des Arts

Rouge dents est l’histoire d’une adolescente face à son miroir. Comme beaucoup, Gwladys est une cible marketing sans cesse sollicitée dans un monde où l’apparence est reine. Elle regarde ses baskets neuves et les déteste. Leur rouge trop voyant trahit tout ce qu’elle veut cacher. Il révèle son corps dans ses imperfections, ses pulsions, sa part d’immaîtrisable. C’est pour le fuir, pour se fuir qu’elle part en courant dans les bois. Face aux carcans féminins, quand la pression devient insupportable, une seule solution : mordre…

Forme hybride entre théâtre et danse, Rouge dents trace l’itinéraire intime d’une adolescente en quête de son propre corps, en proie aux injonctions du féminin contemporain.

Texte : Pauline Peyrade.
Mise en scène : Pierre Cuq.
Chorégraphie : Jérémy Tran.
Interprètes : Aurélie Mouilhade et Rebecca Tetens.
Scénographie : Cerise Guyon.
Lumière : François Leneveu et Nils Doucet.
Son : Camille Noël.
Costumes : Floriane Gaudin.
Production : Lucile Carré.

Production : Compagnie Les Grandes Marées.
Avec de l’aide de la DRAC Normandie – aide à la création 2021 ; La Région Normandie – aide à la maquette 2021 et aide à la création 2022 ; Le Département du Calvados – aide à la production 2021.
Coproductions : La Halle ô Grains, Bayeux ; Le Rayon Vert – Scène conventionnée d’intérêt national “Art en territoire”, Saint-Valéry-en-Caux ; Le Quai des Arts, Argentan ; Théâtre Jean-Pierre Bacri – Pays de Conches, Conches-en-Ouche. Soutiens artistiques : Le Tangram – Scène Nationale, Évreux-Louviers ; Le Ballet du Nord – Centre Chorégraphique National, Roubaix ; Le Préau – Centre Dramatique National Vire – Normandie ; Théâtre Paris-Villette ; L’Etincelle – Théâtre de la Ville de Rouen ; Le dispositif d’insertion de l’école du Nord, soutenu par la Région Hauts-de-France et le Ministère de la Culture. Accueils en résidence : La Minoterie, Dijon ; Théâtre des Franciscains, Béziers. Pauline Peyrade est lauréate 2017 de la bourse CNL pour l’écriture de Rouge dents et a reçu le soutien de la Chartreuse – CNES (Villeneuve-lez-Avignon).
Le texte est édité aux Solitaires Intempestifs.

Compagnie NoMORPa

Théâtre – création 2022

Une co-production du Quai des Arts

La compagnie NoMORPa, venue au Quai des Arts avec Petites traces la saison passée, nous présente sa nouvelle création à destination du jeune public : En Terre.

En Terre se situe aux confins des arts plastiques et du théâtre. C’est une exploration, mais aussi une expérimentation physique et sensorielle de la matière Terre. Dans la création universelle et plus concrètement, dans ce spectacle, tout part d’un tas de terre et tout finit dans un tas de terre. La terre est le matériau de l’expérimentation, à la fois malléable et propre aux métamorphoses. C’est le matériau qui traverse les cycles de la mort et de la vie. Naître, cheminer, aller vers… mourir, et renaître. De là où on naît et là où on meurt.

Mise en scène : Sidonie Brunellière.
Jeu : Sheila Maeda et Jean-Baptiste Breton.
Création lumière : Julie Méreau.
Musique Matmos, Ezekiel et Maxime Arnault.
Costumes (recherche) Laure Chartier, (conception et réalisation) Sidonie Brunellière, (réalisation) Catherine Tait.
Scénographie (conception et réalisation) Sidonie Brunellière.
Régie son et lumière en tournée Reyes Rasco.
Production Charlotte Comare.
Diffusion Marion Ferbezar.
Voix off Béatrice Poitevin, Simon Astié, Garance Astié et Bertille Astié

Production : compagnie NoMORPa
Coproduction Réseau Courte-Echelle : la ville d’Arcueil, la ville de Boissy-Saint-Léger, l’Espace 93/ Clichy–sous-Bois, la ville de Garges-lès-Gonesse, la ville de Gennevilliers, L’Entre Deux–Scène de Lésigny, la ville des Lilas, la ville de Mitry–Mory, la ville de Romainville, la ville de Rosny-sous-Bois, la ville de Saint–Denis, la ville de Villeneuve–la–Garenne, le Regard du Cygne, le Festival Premières Rencontres (Cie Acta), Un neuf trois soleil !
Avec le soutien du Ministère de la Culture – DRAC Île–de–France dans le cadre de l’aide à la résidence et du département de la Seine Saint-Denis.
Création soutenue par la Ville de Chemillé-en-Anjou (49), la Commune de Loire-Authion (49), l’EPCC Anjou-Théâtre (49), l’Échalier (41), le Quai des Arts (61), la Ville de Château-Gontier (53), le Théâtre Le Dôme – Communauté d’agglomération Saumur Val-de-Loire (49), la DRAC des Pays-de-la-Loire, le Conseil départemental du Maine-et-Loire.

Big Band de l’Institut National des Jeunes Aveugles

Concert de jazz

Le conservatoire à rayonnement intercommunal musique, danse et théâtre d’Argentan invite le Big Band de l’Institut National des Jeunes Aveugles, dans le cadre de la journée internationale du handicap.

Formé en 1997, l’Orchestre de l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris est un ensemble instrumental composé d’élèves, d’anciens élèves et de professeurs de musique de l’INJA. En 2007, Éric Gesland, professeur de saxophone, prend la direction de cet orchestre qui devient Open’ Injazz. Il est secondé par Julien Zeleda, professeur de musique à l’institut. L’ensemble permet à de jeunes musiciens déficients visuels de jouer aux côtés de musiciens professionnels et de grands noms du jazz, partageant ainsi des moments uniques grâce à la musique.

À chacun de leurs concerts, près de vingt musiciens interprètent avec énergie un répertoire varié dans différents styles : New-Orléans, Swing, jazz rock, latin jazz.

Réservations auprès du Conservatoire

conservatoire-musique@argentan-intercom.fr / 02 33 67 28 03

Amine Adjina – Compagnie du Double

Théâtre

Dans Histoire(s) de France, Amine Adjina fait de l’école son terrain de jeu.

Il met en scène une professeure d’histoire qui enseigne autrement. Il s’agit, propose-t-elle à ses élèves, de choisir un moment de l’Histoire de France et de le rejouer devant la classe. Arthur et Ibrahim décident donc de s’intéresser aux Gaulois. Mais au fait, les Français descendent-ils vraiment tous de ces fameux Gaulois ? Qui prend encore au sérieux ces ancêtres pittoresques à moustaches, façon Astérix et Obélix ? Et qui peut jouer quel rôle, quand dans la classe il s’agit de faire le Gaulois ? Avec humour, Histoire(s) de France se propose d’interroger notre rapport aux récits historiques. Comment ces interprétations nous permettent-elles de mieux penser le présent, et d’envisager une histoire plurielle ?

« Amine Adjina questionne les origines sans abandonner l’humour ». Le Piccolo

Texte et mise en scène : Amine Adjina.
Assistant à la mise en scène : Julien Breda.
Collaboration artistique : Émilie Prévosteau.
Avec : Mathias Bentahar, Romain Dutheil (en alternance avec Antoine Chicaud) et Émilie Prévosteau.
Voix : Kader Kada.
Comédienne – traductrice LSF : Faustine Mignot-Roda.
Création lumière : Bruno Brinas et Azéline Cornut.
Création sonore : Fabien Aléa Nicol.
Scénographie : Cécile Trémolières.
Costumes : Majan Pochard.

Administration – production : Adeline Bourgin.
Diffusion : Olivier Talpaert – En Votre Compagnie.
Le texte est édité aux éditions Actes Sud Papiers – Heyoka Jeunesse.

Coproductions : La Halle aux Grains, scène nationale de Blois / Le Théâtre d’Angoulême, scène nationale / Scène nationale de l’Essonne, Agora-Desnos / Équinoxe, scène nationale de Châteauroux / Le Trident, scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin / Le Tangram, scène nationale d’Évreux-Louviers / Théâtre La Passerelle, scène nationale de Gap et des Alpes du Sud / Le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon / Le Théâtre de Chartres, Scène conventionnée d’intérêt national art et création / Gallia Théâtre, Scène conventionnée d’intérêt national – Art et création de Saintes. Soutiens : Théâtre des Quartiers d’Ivry – Centre Dramatique National du Val de Marne ; Atelier à Spectacle, scène conventionnée d’intérêt national art et création de l’Agglo du Pays de Dreux ; CRÉA – Festival Momix – Scène Conventionnée d’Intérêt National « Art, Enfance, Jeunesse ».
Avec le soutien du Fonds SACD Théâtre.

Philippe Lafeuille – Compagnie La Feuille d’Automne

Danse

Après avoir conquis le public avec TUTU et CAR/MEN, l’excentrique et non moins génial Philippe Lafeuille revisite le célèbre ballet de Prokofiev dans un spectacle où l’imagination règne en maître absolu.


« Philippe Lafeuille n’est pas un artiste comme les autres. Là où beaucoup ne verraient qu’un amas de déchets sans le moindre intérêt, lui décèle une beauté au potentiel inexploité, qui n’aspire qu’à être révélée. D’où sa tendresse pour l’héroïne du conte de Charles Perrault, cette petite souillon devenue princesse, qui se rend au bal dans une citrouille transformée en carrosse. Mais qu’est-ce que l’histoire de Cendrillon peut bien avoir en commun avec des bouteilles en plastique vides ? La réponse de la fée marraine des chorégraphes sonne comme une évi/danse : la métamorphose, évidemment. Pendant plus d’une heure, accompagnés de la partition du ballet éponyme de Prokofiev, six danseurs polymorphes offrent à nos yeux ébahis leurs plastiques – littéralement, dans tous les sens et sous bien des formes – emportées dans un tourbillon coloré de transformations surréalistes. Sur le plateau de danse, transfiguré en décharge de toute beauté, imagination et émotion se partagent un règne sans rivales. Un recyclage plein de grâce, merveilleux et inclassable. » Antoine Moreau

Conception / Chorégraphie : Philippe Lafeuille.
Distribution : Antoine Audras, Florent Chevalier, Emmanuel Dobby, Philippe Mesia, Mohammed Kouadri, Stephane Vitrano.
Conception lumières : Armand Coutant.
Costumes : Corinne Petitpierre.
Bande son : Antisten.
Régisseur Général : Armand Coutant.
Production : Xavier Morelle.

Compagnie Chute Libre

Dans le cadre du Festival Danse de tous les Sens
– avec Chorège CDCN Falaise Normandie

Danse hip hop

Quand les danseurs investissent l’espace public, le théâtre est là, juste sous leurs pieds.

Imaginez une performance dansée par huit interprètes, un spectacle où tout s’écroule, un plateau qui s’effrite, des lumières qui vacillent, des repères qui se perdent. Des tableaux s’enchaînent, des mondes se détruisent, quelque chose de nouveau s’ouvre à nous.

Imaginez et laissez-vous emporter par cette danse hip-hop instinctive, une expérience de la liberté. Un monde où tout n’est que mouvement, envol ou effondrement, postures et respirations, corps et regards. Un monde que l’on sent naître sous ses pieds, à chaque pas, à chaque trébuchement. Un monde où se tenir debout, ensemble, différemment.

Mise en scène et chorégraphie Annabelle Loiseau et Pierre Bolo.
Danseurs interprètes Aida Boudrigua, Andrège Bidiamambu, Clémentine Nirennold, Gabriel Um Tegue, Kevin Ferré, Florianne Leblanc, Patrick Flegeo, Salem Mouhajir, Annabelle Loiseau ou Pierre Bolo.
Création lumière Véronique Hemberger
Régie lumière Jérémy Pichereau
Machinerie / plateau: Frédéric Plou
Création et adaptation musicale Pierre Bolo
Stylisme Annabelle Loiseau
Photos Stéphane Tasse, Etienne Bolo, Adrien Selbert, Jean François Quais
Production : Marine Rioult assistée de Tifenn Ezanno et Aurélia Touati

Production Compagnie Chute Libre
Coproductions et soutiens : Théâtre Jean Vilar à Vitry sur Seine, CCN de la Rochelle, Kader Attou, Cie Acrrorap, CNDC d’Angers, Robert Swinston, CCN de Créteil et du Val de Marne, Mourad Merzouki, Cie Käfig, dans le cadre de l’accueil studio, Théâtre Régional des Pays de la Loire à Cholet, Théâtre ONYX à Saint Herblain
Avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire dans le cadre de l’aide à la structuration, La Région Pays de la Loire, le Département de Loire-Atlantique, la Ville de Nantes, la Ville de Saint Herblain, L’ADAMI, la SPEDIDAM

Du 12 au 21 avril 2022, retrouvez le festival d’éveil et de sensibilisation artistique
pour les enfants de 6 mois à 6 ans.

Le service culturel de la ville d’Argentan a le plaisir de vous présenter la 15ème édition du Festival des Trop Petits, élaboré en partenariat avec les structures culturelles et les acteurs de la petite enfance du territoire. Très attendu par un large public de familles et de professionnels, ce rendez-vous incontournable sera une nouvelle fois l’occasion de vivre 10 jours d’effervescence culturelle et festive. Spectacles, concerts, ateliers, rencontres, exposition, jalonneront ces journées pour lesquelles se mobilisent les artistes, les services municipaux ainsi que les partenaires.

Le Festival des Trop Petits met à l’honneur la création pour le jeune public. Vous y rencontrerez des artistes et des propositions exigeantes qui nous permettent de regarder autrement le monde qui nous entoure, mais aussi de rêver et de nous émerveiller. Un rendez-vous citoyen qui donne toute sa place aux enfants dès le plus jeune âge. 

 

Programmation à venir ! 

 

Humour

Mis à la diète pour cause de Covid 19, Stéphane Guillon n’a pas pu dire de méchancetés pendant plus de dix-huit mois. Un sevrage dur, éprouvant, inhabituel. Alors que certains ne pouvaient plus cuisiner, faire des cocktails, vendre des vêtements… Guillon ne pouvait plus étriller son prochain. Que faire ? Se reconvertir, devenir gentil, réserver ses piques pour son cercle familial le plus proche ou continuer à écrire des saloperies en espérant des jours meilleurs ? Il s’est questionné, a tout essayé, tout tenté, tout espéré. Dix-huit mois à travailler chaque boutade, mitonner chaque saillie, aiguiser chaque pique. Analyser, décortiquer, compiler ces mois d’absurdités, de non-sens, de revirements comme rarement une société n’en avait produit. « Et quand ça se passe mal… » C’est comment ?

« De retour sur scène […], l’humoriste a retrouvé son mordant pour fustiger les aberrations de notre société. Plus le monde le désespère, meilleur est Stéphane Guillon. » – Le Monde

Un spectacle écrit et joué par Stéphane Guillon.
Mise en scène : Anouche Setbon.
Lumières : Thomas Costerg.
Production : Ki m’aime me suive et 63 Productions.

Avec Renaud Capuçon & Henri Demarquette

Dans le cadre du Septembre Musical de l’Orne

Pour ses 40 ans, le Septembre Musical de l’Orne a l’honneur d’accueillir ensemble deux des plus brillants instrumentistes de leur génération, le violoniste Renaud Capuçon et le violoncelliste Henri Demarquette qui seront accompagnés par l’Orchestre National de Bretagne sous la direction de Leonhard Garms. Ils interpréteront le double concerto pour violon et violoncelle de Brahms suivi de la symphonie n°4 « Italienne » de Mendelssohn.

Programme :
Émilie MAYER : Ouverture n°2 en Ré Majeur
Félix MENDELSSOHN : Symphonie n°4 en La Majeur « Italienne », op. 90
Johannes BRAHMS : Concerto pour violon et violoncelle en La mineur, op. 102

Réservations auprès du Septembre Musical de l’Orne

info@septembre-musical.com / 02 33 26 99 99

L’Orchestre National de Bretagne est financé par la Région Bretagne, le Ministère de la Culture – DRAC Bretagne, la Ville de Rennes, le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine, avec le soutien du Conseil Départemental du Morbihan et de Rennes Métropole.

Compagnie Ne dites pas non, vous avez souri

Jeune public

Quand deux musiciens bricoleurs rencontrent une plasticienne aventurière, ils inventent un spectacle hybride et délicat à la découverte du monde des insectes.

Bienvenue dans un conte musical et visuel où l’infiniment petit côtoie la grandeur des sentiments et l’étrangeté des rêves. Des petits êtres de papier projetés sur écran prennent vie dans un jeu d’ombres, de lumières et de couleurs. La musique ludique et inventive, inspirée du jazz et de ses improvisations organiques, les accompagne. Et main dans la main, marionnettes et inventions sonores nous racontent l’histoire d’un amour (peut-être) impossible : celui d’un petit homme en chapeau et d’une insecte ailée.

Création visuelle, marionnettes filmées et projetées : Amélie Delaunay
Composition, cornet à pistons, table sonore, bruitages : Simon Deslandes
Clavier, table sonore, bruitages : Emmanuel Piquery
Regard extérieur : Solène Briquet.

Production : Cie Ne dites pas non, vous avez souri
Coproductions : DRAC Normandie
Soutiens à la création : Relais culturel Régional du Pays de la Baie du Mont Saint-Michel – Musique Expérience (50) / Ville de Saline (14) / ODIA Normandie